Le Supersonic remet le cap sur les étoiles et nous embarque de la première à la dernière note avec son jazz où chacun s’ébat librement, dans l’exultation confiante d’évoluer loin, très loin des pesanteurs terrestres. Disserter sur la joie est aisé. Thomas de Pourquery et les siens font beaucoup mieux : ils la communiquent. Télérama

 

C’est avec un nouveau répertoire et un troisième album, composé au premier confinement puis enregistré à l’été dernier, que nous revient ce groupe d’extra-instrumentistes et inséparables camarades. 

 

Une musique toujours sous la houlette de Sun Ra bien entendu, mais aussi de John Coltrane (avec une référence appuyée à A Love Supreme), de Charles Mingus ou encore de Caetano Veloso. Les pieds dans la tradition du jazz et la tête plongée dans toute la sono mondiale actuelle avec une influence électro-pop désormais plus marquée, et un Thomas de Pourquery qui, au fil du temps, s’affiche comme un crooner moderne de référence.

 

Arnaud Roulin - piano, synthèse

Fabrice Martinez - trompette
Laurent Bardainne - saxophone ténor
Edward Perraud - batterie
Frederick Galiay - basse
Th de Pourquery - saxophone