Déjà nominé aux Grammy Awards, le pianiste, compositeur et chanteur a arpenté les scènes au sein du Buena Vista Social Club puis aux côtés d’Ibrahim Ferrer et d’Omara Portuondo, de Gilles Peterson ou encore de Fatoumata Diawara. 

 

Après un voyage à travers l’histoire musicale de son île natale avec ABUC (2016), Roberto Fonseca revient avec un nouvel album, et nous propose de poursuivre avec lui la découverte de ses racines.  Il bouscule les codes et va aujourd’hui encore plus loin dans une instrumentalisation toujours plus moderne du jazz cubain.

 

Roberto Fonseca a composé et écrit l’intégralité des 13 titres de cet album, en jonglant subtilement entre l’instrument qui l’a rendu célèbre, son bien aimé piano, et des claviers analogiques. Tout en continuant de nous éblouir avec sa technique étourdissante, il innove et donne une dimension unique à chaque morceau, autant dans leur structure moderne, qu’en y intégrant des rythmes cubains actuels, des samples de percussions, des beats et même de la musique électronique.

 

Roberto Fonseca qui défend un « Cuba sans frontières », continue de nous surprendre en nous offrant une approche toujours plus contemporaine du jazz. Ce nouvel album confirme son statut d’artiste incontournable dans l’histoire de la musique cubaine du 21ème siècle. Il nous le présente sur scène au sein d’un trio latino.

 

Yesun, son neuvième disque, brille ainsi comme une boule à facettes dont chacune reflète un pan de sa cubanité plurielle. S’y expriment par bribes et fulgurances son goût éternel de la rumba et du cha-cha-cha, sa culture classique (Por ti), sa spiritualité si prégnante ancrée dans les ­rituels de la santería,son tropisme pour la soul, le funk et les sonorités vintage (avec ses meilleurs amis les orgues Moog, Rhodes et Hammond), mais aussi pour le hip-hop (...) et le reggaeton.

Télérama

 

"Une ode puissante à la fête et à la liberté" 

SELECTION FIP 

 

"YESUN, le nouveau coup de maître de Roberto Fonseca"

TSF JAZZ